La Chine face aux défis environnementaux

Quels enjeux de développement pour ce géant mondial?

Par Frédérique Vincent, Directrice de l'ISIGE - novembre 2012 

 

La Chine, devenue en 2010 la 2e puissance mondiale, bénéficie aujourd'hui de la plus forte croissance économique. Frédérique Vincent, Directrice de l'ISIGE - MINES ParisTech, a présenté les enjeux du développement de cet acteur incontournable de l'échiquier politique, économique et financier mondial, vendredi 8 novembre 2012 au Théâtre municipal de Fontainebleau.

Retrouvez sa présentation ici >>

Si l'Occident a vécu, au XIXème siècle, sa révolution industrielle, celle que connaît la Chine, depuis la 2e moitié du 20e siècle, est sans commune mesure, de par sa rapidité, sa diversité et sa force. Cette croissance génère des effets négatifs sur l'environnement et a des conséquences écologiques directes pour le pays et pour la planète entière. 

Jusqu'à la fin des années 70, le modèle économique référent était celui de l'URSS, privilégiant l'industrie lourde et l'exploitation aveugle des ressources naturelles en faisant fi du sort de la population et de son environnement. À la fin des années 80, une croissance urbaine intensive accentue la fragilisation des milieux naturels. Trois grands phénomènes sont à l'origine de ce constat :

En premier, la déforestation intensive d'immenses surfaces de forêts (estimée à 4 millions d'hectares par an), pour produire du bois de chauffage ou élargir des surfaces agricoles. Cette politique d'abattage a entraîné une érosion fulgurante des paysages. Plus de 30% du territoire est désormais recouvert par les déserts et cette modification de la couverture végétale a provoqué des phénomènes atmosphériques comme des tempêtes de sable. Une opération de reboisement, initiée dans les années 2000, peine à porter ses fruits, faute d'une irrigation adaptée.

Le deuxième est la gestion des ressources hydrauliques du pays, limitées et inégalement réparties. La Chine possède 5 000 fleuves et rivières, soit un réseau hydrographique de 220 000 km. Les grands besoins suscités par la population et les différentes activités industrielles et agricoles ont peu à peu asséché lacs et rivières. Deux cents millions de Chinois sont touchés par la pénurie d'eau. De plus, la construction de barrages génère, outre les conflits autour de l'eau avec les pays frontaliers, des conséquences écologiques et des risques non négligeables.

Le troisième est la pollution de l'eau et de l'air. La plupart des cours d'eau sont pollués par des rejets industriels et agricoles. Plus de 450 villages appelés "villages de la mort" présentent des taux de décès par cancer 2 à 3 fois supérieur à la moyenne mondiale. Par ailleurs, la Chine est devenue le premier consommateur de charbon. À elle seule, elle absorbe 20% de l'énergie primaire de la planète. Cette proportion ira en augmentant avec le développement du secteur automobile : seuls 1,7% des Chinois possèdent une voiture, mais l'accès à ce mode de transport devrait se renforcer dans les années à venir.

Pour finir, si le développement croissant de cette grande nation est légitime, l'empreinte écologique de la Chine ne cesse de croître. Les conclusions d'un rapport du WWF soulignent le rôle crucial que ce pays devra jouer dans la résolution des grands défis des ressources auxquels l'humanité devra faire face au 21e siècle.