2011 : Marseille, contrastes des risques et risques des contrastes

Le pays Marseillais est caractérisé par des contrastes forts, tant dans la cohabitation des activités économiques, avec un maillage fort entre activités industrielles, aires résidentielles et tertiaires et zones naturelles protégées, que dans les conditions environnementales, avec des phénomènes climatiques extrêmes, une biodiversité unique et des changements de paysage soudains et prononcés (co-existence d’une végétation riche, des rochers secs, des paysages luxuriantes de cote méditerranéen.

Accompagnés par un expert de la botanique locale, l’analyse de la situation actuelle a pu être mise en perspective avec l’histoire, du préhistoire et sa culture de brulis, au moyen age et la découverte des colorants naturels et le développement de l’industrie de coloration de textiles, à une période plus récente. La co-existence d’un grand nombre d’activités humaines met en évidence les interactions  fortes entre l’homme et la nature, et entre la nature et l’homme (la chasse, l’agriculture et es cygnes de l’étang de berre, les plantes invasives et la sécurité routière, ….).