Voyage d’étude 2012 – Marais Charentais

Marais charentais : interface homme/nature et gestion de biens communs

En janvier 2012, Les étudiants du MS IGE se sont rendus en marais charentais pour étudier les problématiques environnementales d’un territoire littoral en zone humide. Ressources en eau douce, agriculture, conchyliculture, gestion des risques et usages des sols sont les enjeux majeurs d’un territoire singulier, tant par son histoire que par sa configuration et ses jeux d’acteurs.

voyage d'étudevoyage d'étude

Vers une agriculture durable : innovation environnementale et politiques publiques     

Vache charentaise

Le premier enjeu pour l’agriculture charentaise est celui du maintien durable des prairies et la difficile gestion des ressources en eau potable qui sont au centre des préoccupations des acteurs du territoire charentais.  

Les étudiants sont partis à la rencontre des agriculteurs, premiers intéressés par les politiques de préservation des ressources et du patrimoine naturel du territoire, mises en place à partir des années 1990 (réformes de la PAC). Les Mesures Agri-Environnementales (MAE), sont l’un des principaux leviers de limitation de l’irrigation et de l’usage de produits phytosanitaires. 

Un fort soutien est apporté à la diversification des cultures, et notamment pour le développement de l’élevage en marais. En remplaçant les cultures céréalières intensives, l’élevage permet en effet de maintenir une partie des surfaces des prairies naturelles en zone humide.

L’innovation est également au cœur des préoccupations environnementales régionales. En effet, l’Institut National de Recherche Agronomique (INRA), expérimente de nouvelles méthodes agricoles, adaptées au territoire, intégrant à la fois des dimensions économiques, techniques et environnementales. L'objectif est de réduire les besoins en irrigation et l'usage de pesticides, de limiter l'érosion des sols, et de préserver la biodiversité présente sur le marais. L’élevage de vaches maraîchines, l’une des mieux adaptées au territoire, est un exemple des programmes expérimentaux de l’INRA en région Poitou-Charentes.

 

L’eau : quels usages, quelle gestion ?    

groupe de travail

La gestion des ressources en zone humide littorale pose un problème majeur au niveau du traitement des eaux. Le SAGE (Schéma d’aménagement et de Gestion des Eaux) est le dispositif de référence en la matière. Il fixe notamment des objectifs en matière de protection quantitative et qualitative de l’eau, sur un périmètre hydrographique cohérent. Le SAGE du bassin  est géré par l’Établissement Public territorial de Bassin (EPTB) de la Charente. 

Qualité des eaux et la limitation des pollutions, préservation des milieux aquatiques sensibles, prévention des risques d’inondation… L’EPTB est aujourd’hui confronté à des enjeux aussi divers que complexes. 

Des solutions peuvent être trouvées en matière de traitement des eaux en zones humides, écosystèmes particulièrement sensibles. C’est le cas de la station de lagunage de Rochefort. Ce site, unique en Europe, s’étend sur plus de 70 ha. Après un traitement physique composé de quatre phases, l’eau subit un traitement biologique dans de grands bassins de décantation. Cette station est par ailleurs devenue un important réservoir de biodiversité, abritant de nombreuses espèces d'oiseaux. Le marais charentais, en grande partie protégé par le réseau Natura 2000, bénéficie d’une diversité d’espèces exceptionnelle, d’oiseaux notamment.

marais charentais

La question fondamentale à l’échelle du bassin reste celle de la diversité des usages de l'eau. Les ostréiculteurs, dont les claires sont situées en aval du bassin versant, ont par exemple des besoins ponctuels en eau douce, en quantité et en qualité suffisante, parfois inconciliables avec les besoins des agriculteurs, en amont. Ces conflits d'usage rendent la gestion du territoire et de ses ressources complexe et peuvent générer certaines tensions.

Agriculteurs, conchyliculteurs, associations de protection de la nature, chasseurs... La multiplicité des acteurs rend indispensable une activité de médiation, afin d'accompagner la mise en œuvre de politiques publiques cohérentes, intégrant toutes les dimensions du territoire et conciliant au mieux les intérêts de ses usagers. 

Homme et nature en marais charentais: histoire d'un équilibre fragile

 

Rendu tristement célèbre par les évènements liés à la tempête Xynthia en février 2010, le marais charentais est un territoire où la cohabitation homme/nature a toujours été difficile. Ses travaux de poldérisation, entamés au XVIIème siècle par des ingénieurs hollandais, ont duré plus d’un siècle. Le marais charentais fut l’un des derniers foyers de paludisme de France métropolitaine.

Façonné par l’homme, ce paysage apparemment hostile est riche d’une biodiversité qui lui est propre.  La mise en place de systèmes de drainage pour l’irrigation des cultures dans les années 70-80 explique en grande partie la disparition massive des prairies naturelles. Ce territoire « artificiel »  et intimement lié à l’activité humaine connaît un fragile équilibre.

La déprise agricole et une gestion non-raisonnée des ressources constituent aujourd'hui des menaces majeures pour l’environnement charentais. Le territoire est multi-usages, multi-acteurs et dépend d’une gestion agricole et hydraulique complexe. Les relations entre ces acteurs sont parfois conflictuelles, du fait des usages concurrentiels des ressources du territoire et notamment de l'eau douce.

Aller plus loin...

Site de la Chambre d'agriculture de Chrente-Maritime: http://www.charente-maritime.chambagri.fr/

Site de l'EPTB du bassin charentais: http://www.fleuve-charente.net/

Site de l'INRA Poitou-Charentes:  http://www.poitou-charentes.inra.fr/

Sur les mesures Agri-Environnementales (MAE):http://ec.europa.eu/agriculture/envir/measures/index_fr.htm

 

 

Texte: Alexandre Fouet

Crédits photo: ISIGE