Vers un système électrique européen Safer, Smarter et Greener ?

Interview de Marie Larivoire, étudiante du MS EnvIM (promotion 2014-2015), en mission chez MC2I

Quel constat en Europe ?

Au cours des deux dernières décennies, une prise de conscience concernant les enjeux liés au système électrique actuel a pris place à l’échelle européenne.

L’électricité, difficilement stockable, requiert un équilibre constant entre production et consommation. Dans la pratique, pour répondre aux pointes de consommation (consommation la plus élevée d’un réseau électrique sur une période définie), qui sont de plus en plus marquées, des sources de production plus polluantes (contribuant aux effets de serre) et plus onéreuses sont employées

De plus, le système actuel est vieillissant et n’est plus adapté à la consommation d’aujourd’hui. Conçu il y a un demi-siècle, il répond aux besoins de cette époqueoù les sources de productiond’électricité étaient centralisées et où il existait un acteur de marché unique sur un périmètre national.

 

Quelle solution pour l’Europe ?

Pour répondre à ce phénomène de pointe de consommation, l’Europe s’oriente vers la réalisation d’un marché interne de l’électricité. Son objectif principal est de sécuriser l’approvisionnement tout en maintenant des prix compétitifs et abordables pour tous, et en respectant l’environnement.

Dans ce contexte, la libéralisation du marché de l’électricité a joué un rôle crucial. Les réglementations européennes ont promu l’ouverture à la concurrence de la production et de la commercialisation. De nouveaux acteurs ont ainsi pu développer des sources d’électricité décentralisées à des coûts compétitifs.

 

Vers un système « Safer » ?

Le couplage des marchés, favorisant les échanges au plus proche de la production, et les différents mécanismes de marché permettent de maximiser l’utilisation des énergies, notamment des énergies renouvelables, en Europe.

L’amélioration de la flexibilité doit être poursuivie pour réduire les risques de blackouts et assurer la sécurité énergétique. Cela passe par une meilleure interconnexion entre états membres et une plus grande coordination tant sur le plan technique qu’économique.

 

Vers un système « Smarter » ?

La libéralisation du marché, couplée aux développements de compteurs communicants, doit permettre aux nouveaux acteurs de développer des offres mieux adaptées aux besoins des consommateurs à des tarifs moins élevés.

Cependant, la majorité des consommateurs particuliers sont encore sous contrat avec les anciens monopoles du secteur. L’information doit être mieux transmise auxconsommateurs pour stimuler la compétition et donc l’innovation.

Finalement, les offres traditionnelles évolueront vers des offres plus performantes économiquement et mieux adaptées auxnouveaux modes de consommation.

 

Vers un système « Greener » ?

L’objectif européen est depasser à un mix énergétique à 27% renouvelable d’ici 2030. Cela  se concrétise par le développement massif de sources décentralisées et grâce aux nombreuses subventions versées par les états membres.Cette insertion dans le réseau de nouvelles sources de production risque de modifier la courbe des prix du « merit order »selon laquelle les sources de production dont les coûts marginaux sont les plus faibles sont utilisées en priorité. Si les énergies renouvelables sont fortement subventionnées, elles auront des coûts marginaux faibles, et cela pourra donc faire baisser les prix sur le marché de gros et fragiliser la situation économique des moyens de production conventionnels.

 

Quelle conclusion ?

Avec un système intelligent, basé sur une coopération européenne, les consommateurs auront accès à des offres plus adaptées à leurs consommation. Ils consommeront moins et mieux, et la demande diminuera donc.  Les pics de consommation seront atténués et le réseau sera moins soumis aux contraintes liées à la production d’origine renouvelable. Les réseaux européens – interconnectés- maximiseront l’utilisation des ressources renouvelables de chaque État membre, grâce à des échanges infra-journaliers permettant d’effacer efficacement les pics de consommation.

Cette baisse de la demande impactera les bénéfices liés aux ventes d’électricité pour les acteurs du secteur. Ce changement en profondeur du marché les incitera à   concevoir de nouveaux business models innovants, avec de nouveaux services tels que l’utilisation des bigdatas pour la vente de données ou l’optimisation de l’efficacité énergétique.

Les mesures et réglementations prises par l’Europe font donc évoluer le système électrique européen vers un système plus fiable, plus abordable et mieux adapté aux énergies à faible émission.La ferme volonté de construire un marché unique de l’énergie en Europe doit permettre de dépasser les limites actuelles et d’accélérer la transition vers un système plus performant.