Écologie territoriale et sociale

Une partie des travaux de recherche au sein de l’ISIGE s’intéresse aux flux de matière et d’énergie qui traversent un territoire, pour comprendre leur fonctionnement, et voir de quelle manière en limiter l’empreinte environnementale et participer à une forme de sobriété énergétique territoriale.

Pour analyser ces flux, les recherches menées s’appuient notamment sur les méthodes de ce qui est connu à l’international sous le terme de social ecology (dans la lignée des travaux de l’Ecole de Vienne), et en France sous le nom d’écologie territoriale. Cette approche est très ancrée dans une analyse matérielle du territoire. Elle postule que la compréhension d’un territoire passe par l’analyse non seulement des jeux d’acteurs et des stratégies sociopolitiques des différents agents du territoire, mais aussi et surtout par l’analyse des flux potentiels et réels de matières et d’énergie qui l’innerve. Grâce à ces outils, on peut dépeindre le fonctionnement d’un territoire comme un métabolisme, identifier les différentes rétroactions (positives ou négatives) qui contribuent à rendre ce métabolisme plus ou moins durable, et donc plus ou moins circulaire ou linéaire. Ces analyses métaboliques, couplées avec une approche sociopolitique classique permettent de compléter les approches d’écologie politique traditionnelles en y incluant une dimension matérielle plus marquée.

Elles ont une vocation non seulement à améliorer le fonctionnement d’un territoire, mais à produire des outils d’aide à la décision, notamment dans le cadre de l’élaboration de stratégies de transitions énergétiques ou de résilience territoriale. Elles permettent à la fois de comprendre les conflits et frictions qui peuvent émerger à l’occasion de projets de transitions énergétiques et d’identifier des ressources potentielles qui pourraient être activées pour transformer le métabolisme d’un territoire.

Quelques exemples de projets récents

  • Participation au projet ADEME CAP-BIO-TER sur les questions de capabilité territoriale (coordinatrice Juliette Cerceau, laboratoire PACTE), 2017.
  • Projet water stewardship dans les écoparcs industriels avec l’Université de Tsinghua, 2016.
  • Co-organisation du séminaire de recherche Deuxième Vie des Objets

Articles:

Daniel Florentin, 2018, From multi-utility to cross-utilities: the challenges of cross-sectoral entrepreneurial strategies in a German city, Urban Studies
Daniel Florentin, D., 2017, Juxtaposer efficacité énergétique et proximité : contradictions des systèmes de chauffage urbain dans l’Est de l’Allemagne. Flux, 109-110,(3), 48-60. doi:10.3917/flux1.109.0048.